NRJ Group veut lancer la vente de Towercast

NRJ Group veut lancer la vente de Towercast
Jean-Paul Baudecroux sur NRJ © Sipa France

Invest Corporate Finance a été mandaté par le PDG fondateur de NRJ Group pour évaluer la cession de Towercast. De nombreuses firmes ont déjà manifesté auprès du groupe leur intérêt pour sa filiale dont la cession pourrait se faire très vite.

Towercast pourrait coûter 300 millions d’euros

NRJ Group veut se séparer de sa filiale de diffusion de la radio et de la télévision. Et cela pourrait aller vite, car c’est le désir de Jean-Paul Baudecroux, le PDG du groupe. Il a confié l’étude de cette cession à Invest Corporate Finance et selon les estimations, le groupe pourrait en tirer plus de 300 millions d’euros. En effet, suite à la vente de la bande de fréquence 700 MHZ aux opérateurs télécoms – opération ayant permis à NRJ Group de recevoir de l’Etat, une indemnisation de 18 millions d’euros – le chiffre d’affaire de Towercast a été amputé. Mais pour les investisseurs désirant des revenus réguliers, elle demeure une bonne cible. La filiale du groupe NRJ réalisait l’année dernière, un chiffre d’affaires de 55 millions euros.

« … un handicap pour séduire de nouveaux clients »

Jean-Paul Baudecroux explique : « Towercast n’est pas dans notre cœur de métier, et son appartenance au groupe NRJ est même aujourd’hui un handicap pour séduire de nouveaux clients. Un acheteur indépendant pourrait faire croître son chiffre d’affaires de 20 % à 25 % en diversifiant les clients dans l’audiovisuel mais aussi dans les télécoms ». Par ailleurs, remarquons qu’avec un apport d’argent frais, NRJ group pourrait éloigner les spéculations autour de la vente de ses activités médias. Cela va bien satisfaire le PDG du groupe qui a résisté aux avances d’investisseurs malgré que ses stations musicales enregistraient une mauvaise audience. « En Suède, patrie de Spotify, les recettes publicitaires des radios musicales ont augmenté de 38 % en 4 ans. On nous a prédit la mort de la radio musicale avec l’arrivée des cassettes audio, puis avec celle de l’iPod et enfin avec l’arrivée de services de streaming. Mais la radio musicale a toujours prouvé sa vigueur » affirme-t-il.